vendredi 28 décembre 2007

Carmen

Aujourd’hui, chose rarissime sur ce blog, je ne titillerai que accessoirement vos papilles puisque hier soir je suis aller voir Sarah Baras au Théâtre des Champs Elysées. Et comme j’ai beaucoup aimé je vais vous en faire un petit descriptif pour vous donner, pourquoi pas, l’envie d’y aller.

C’est un ballet de flamenco contemporain en plusieurs volets qui commence avec un jeu de dévoilé-caché de danseurs derrières des portes qui s’entrouvrent, des danseurs qui passent derrière puis devant. Des danseurs qui s’enlacent et se séparent avec une intimité à peine dévoilée. Le ballet commence sans vraiment commencer, les premiers pas sont là pour susciter l’envie un peu comme une mise en bouche dans un grand restaurant.

Puis, le ballet s’ouvre en douceur avec des jeux d’ombres et de lumières. Les danseurs s'effleurent, point de passion fusionnelle comme on se l'imagine dans le flamenco classique mais quelques regards, des mains qui s’effleurent, et des pas qui s'enchaînent et martèlent le sol avec fermeté et assurance. Les bras sont très présents mais les mouvements sont très légers, très gracieux, très larges et très épurés; pas du tout court et saccadés comme on les imagine dans le flamenco classique.
J’ai beaucoup aimé une danse derrière un écran qui cache tous les corps; on ne voit que les pieds qui s'ébattent tous chaussés de la même façon. On devine à peine qui est femme et qui est homme grâce aux ombres qui dévoilent des creux de hanches. Les danseurs sont comme suspendus a des cintres avec un jeu d’ombres dessinés par leur bras.

Puis les musiciens apparaissent enfin après s'être fait longuement désirés. La musique a été revue par Paco de Lucia que j’ adore, très rythmée, très contemporaine. Les danseurs prennent peu à peu place sur la piste, avec des robes qui prennent de l'envergure et des taches de lumières qui se répandent tout autour.
Un écran mural vient soutenir l'explosion finale, la mort tragique de Carmen en rouge flamboyant est superbement mise en scène. Des traînées de sang diffuses jaillissent de l’écran.
Allez-y, c’est très émouvant, très envoûtant. C’est l’histoire d’un voyage en plein coeur de Séville; et ce en plein Paris, tout en douceur et tellement épuré et contemporain que sans être un passionné de flamenco on adore! Tous les sens sont indubitablement en éveil pour notre plus grand plaisir.

Et comme la séance est à 8 heure, en sortant vous aurez l’estomac véritablement dans les tallons alors courez chez André, au 12 rue Marbeuf déguster une entrecôte de 400 gr ou un tartare bien assaisonné accompagnés de bonnes frites bien moelleuses a l'intérieur suivie des profiteroles les plus authentiques de la terre avec en plus une excellente et très variée carte de vins. L’endroit a l'intérieur art-deco offre une très bonne transition du théâtre a la maison.

mercredi 26 décembre 2007

Cailles à la vanille et poires au miel caramélisées




L’association de la vanille avec le canard ou les poissons à chair blanche est assez classique. J’ai eu envie d’essayer avec des cailles et c’est sans grande surprise délicieux. J’ai servi le tout accompagné de quartiers de poires caramélisées et d’une petite confiture d’échalote. Le mariage est très réussi l’important étant de cuire les poires juste ce qu’il faut pour qu’elles restent fermes et qu’elles soient légèrement caramélisés.

Pour 6 personnes il vous faudra
6 cailles
5 échalotes
3 poires conférence
4 càs de miel d'acacia
2 càs de sucre roux
une gousse de vanille et une pointe de vanille en poudre
gingembre en poudre, sel et poivre de Penja

Préparation des cailles:
Émincer les échalotes. Mettre de l’huile de tournesol a chauffer dans une marmite (type creuset) et y mettre les échalotes. Laver les cailles et les faire revenir dans la marmite. Saler, poivrer, rajouter le gingembre et les faire revenir jusqu'à ce qu’elle dorent un peu puis rajouter 2 càs de miel et les laisser dorer encore pendant 10 min. Fendre la gousse de vanille, retirer la pulpe avec une pointe de couteau, et en couvrir les cailles puis rajouter la gousse. RVerser 2 verres d’eau, saler et poivrer et couvrir la marmite. Laisser cuire environ 1h. Quand les cailles sont cuites, les retirer et laisser la sauce réduire.

Préparation des poires:
Pendant ce temps, peler les poires les couper en quartier, les mettre dans un plat allant au four, arroser de 2 càs de miel, saupoudrer du sucre roux mélangé avec une pointe de vanille en poudre. Enfourner et laisser cuire en les retournant de temps en temps pendant 20 min. Arrêter la cuisson quand une fourchette planté dans le poire s’enfonce avec un peu de résistance, les poires caramélisées sont meilleurs quand elles sont fermes.

Dressage: Couper les cuisses, les poitrines, et servir avec 2 quartiers de poire et 3 càs de confiture d'échalotes. Décorer éventuellement avec un bout de gousse de vanille.

Conclusion: C’est pas mal du tout. La chair de la caille est déjà en soit assez parfumée. L'échalote donne une consistance douce à la sauce sans pour autant s’imposer sur la vanille. La chair de la caille a un parfum doux de vanille qui est merveilleusement bien accompagné des poires caramélisés. Les poires conférences sont parfaites parce que elles sont fermes et résistent bien à la cuisson: elle restent juteuses et fermes et juste dorées à la surface.

Étoiles à la cannelle et poudre d’amande et gâteaux aux figues



J’ai repris la recette de Mingoumango en la suivant scrupuleusement mais en rajoutant un blanc d’oeuf et en sucrant moins le glaçage, mes oeufs étant de petit calibre. J’ai fait des étoiles de ½ cm d’épaisseur et les ai laissé cuire 15 min. La cuisson était parfaite puisque les biscuits sont croquants à l'extérieur et moelleux à l'intérieur.

Pour un cinquantaine d’étoiles environ il vous faudra:

200 g de poudre d'amandes
60 g de sucre en poudre
100 g de sucre glace
3 c.c. de cannelle moulue
160 g de farine
3 blancs d'oeufs
confiture de figue (optionnel)
Pour le glaçage: 100 g de sucre glace, 1 blanc d'oeuf monté en neige et ½ càc de vanille liquide


Dans une grande jarre, mélanger la poudre d'amandes, les sucres, la farine et la cannelle.
Ajouter les blancs d'oeufs et mélanger jusqu'à obtenir une boule.
Préchauffer le four à 150 °C.
Sur un plan de travail fariné, étaler la pâte sur 1/2 cm d'épaisseur, découper des étoiles à l'emporte-pièce et les poser sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Si vous disposer de confiture de figue (la framboise serait aussi sûrement tres bonne avec), vous pouvez aussi faire des gâteaux avec de la confiture de figue, c’est délicieux. Evidement on sort du registre traditionnel des étoiles à la cannelle mais bon cette légère fantaisie est succulente, la confiture de figue se mariant très bien avec le parfum de la cannelle et des amandes. Je les ai assemblés avant des les enfourner, c’est à dire que j’ai formé les 2 parties à l’emporte pièce circulaire, rajouté un trou dans la deuxième partie, mis de la confiture sur le disque plein et couvert du disque percé et enfourner.
Pour 1/2 centimètre d’épaisseur, enfourner pendant 15 minutes à 150 °C.

Mélanger le blanc d'oeuf monté en neige avec le sucre glace et l'extrait de vanille.
Étaler le glaçage sur les étoiles (encore chaudes, c’est plus facile) et laisser sécher.

Mon petit tour de main:
Pour répartir le glaçage de façon homogène et régulière, je trempe légèrement la partie supérieur des étoiles dans le glaçage, les ressort sans les pencher, une pointe se forme au centre, je laisser 3-4 sec, le temps que l'eccedent retombe et que la pointe s’affine, puis je penche l'étoile de sorte que la pointe de glaçage se rabatte sur une des branches de l'étoile. Le glaçage se forme ainsi en étoile avec un joli relief régulier en étoile.

Croissants à la vanille de Noël




En me baladant sur le blog de Mingoumango, l’envie de faire des biscuits de Noël qui me tenaillait depuis déjà quelque temps a pris forme. J’ai sorti mon gros pot de cannelle (que j’ai rapporté du Maroc et qui est beaucoup plus parfumée que celle que l’on trouve dans les grandes surfaces), mes emportes pièces puis j’ai commencé par les petits croissants à la vanille, suivies des étoiles aux amandes et de quelques gâteaux fourrés à la confiture de figue.
Voici donc la recette des Vanille kpifern que j’ai reprise en la modifiant un peu.
Ils étaient absolument succulents. Les étoiles ainsi que gâteaux à la confiture de figues étaient tout aussi bons. Évidement depuis que je les ai, les thés s'enchaînent. C’est le problème avec ce genre de biscuits, on se laisse lentement entraîner dans un océan de douceur que rien ne peut arrêter. Pour peu qu’on les enferme dans une boite métallique bien hermétique, le rituel peut se répéter et s'éterniser jusqu'à la dernière miette. Bon comme la gourmandise et la générosité vont de pair, quelques petites assiettes seront distribuées au proches... vite vite des demain avant qu’il ne soit trop tard.

J’ai rajouté un peu plus de sucre et ils sont parfaits à mon goût, pas trop sucrés, juste comme il faut

Pour environ une cinquantaine de biscuits il vous faudra:

80 g de farine
100 g de poudre d'amandes
200 g de beurre
90 g de sucre glace
20 gr de sucre blanc
1/ 2 càc de vanille en poudre
1 oeuf
Pour enrober: du sucre blanc, du sucre glace et une pointe de vanille en poudre

Dans une grande jarre mélanger la farine, la poudre d'amandes, les sucres et la vanille en poudre. Ajouter le beurre et mélanger du bout des doigts comme pour une pâte sablée. Ajouter l'oeuf et former une boule.
Préchauffer le four thermostat 200.
Faire des petite boules de même grosseur, puis former de petits croissants à la main.
Enfourner 10 minutes à 200 °C. (pas plus, les biscuits ne doivent pas être trop cuits pour garder un coeur tendre, réconfortant...et pas sec)
A la sortie du four, passer chaque croissant dans un mélange avec une même quantité de sucre glace et de sucre blanc vanillé.

dimanche 23 décembre 2007

Petits flans de fruits de mer au safran



Voici une recette de flan aux fruits de mer délicieuse qui est parfaite pour un repas de fête et qui peut se préparer à l’avance puisque la dégustation peut se faire chaude ou tiède.

Pour 6 personnes il vous faudra:
1 oeuf 3 jaunes
250 gr de fruits de mer
10cl de crème liquide
40 cl de lait
1 pincée de pistil de safran

Faire griller brièvement les fruits de mer. Déglacer les sucs avec la crème. Rajouter une pincée de pistil de safran. Battre les oeufs et incorporer le lait et les fruits de mer puis verser dans des ramequin individuels.
Cuire au four au bain marie 1/ 2 heure thermostat 170.
Optionnel: Avant de servir mettre au four les zestes d’une clémentine environ 4 min dans un four préchauffé, puis éteindre et les laisser sécher. Poivrer les ramequins, mettre quelques zestes et un peu de fleur de sel.
Pour ma part j’ai utilisé des fruits de mer congelés que j’ai laissé décongeler au réfrigérateur pour me simplifier la vie. La flan est léger et très bon. Il peut aussi être servi comme amuse bouche dans des petits ramequins. Si vous voulez obtenir une version plus crémeuse (et donc moins légère vous pouvez mettre 15cl de crème et 35 cl de lait).

Soupe claire de potiron à la cannelle et bâtonnets de pain d’épice au foie gras



Le potiron est souvent servi en velouté parfait pour une entrée. Je l’ai essayé à Madrid récemment façon bouillon clair en amuse bouche très léger, seulement relevé de quelques épices et de quelques feuilles croustillantes d’oignons caramélisé et j’ai trouvé ça délicieux. J’ai repris l’idée et je l’ai servi avec des bâtonnets (j’insiste sur les bâtonnets puisque le but était quand même de rester sur un amuse bouche léger! ) de pain d'épice au foie gras.

Pour une dizaine d’amuse-bouches il vous faudra
250 gr de chair de potiron
75 cl d’eau
1.5 cube de bouillon de légumes (j’en trouve du bio au monop)
un oignon
½ càc de cannelle
8 tranches de pain d’épice
100 gr de foie gras (d’oie si possible)

Mettre dans une casserole le potiron en cube avec l’eau, les cubes de bouillon et la cannelle. Couvrir et laisser cuire environ ½ heure. Éplucher un oignon, couper des cubes, éfeuiller et disposer les feuilles sur un papier sulfurisé. Saupoudrer de sucre et enfourner pendant 20 min. Etteindre et laisser les feuilles sécher encore 10 min au four.
Une fois le potiron cuit, passer au mixeur et poivrer. Mettre les tranches de pain d’épice au grille pain. Les couper en bâtonnets. Tartiner les bâtonnets de foie gras.
Disposer les tranches de pain d’épice dans une assiette, saupoudrer de fleur de sel. Verser la soupe clair de potiron dans des verrines et la saupoudrer de feuille d’oignons caramélisé.
L’association potiron douce et sucré avec le foie gras est un grand classique ou avec une confiture d’oignon. Dans cette recette ce que j’ai aimé c’est finalement le coté léger même si il y a du foie gras et agréablement parfumé. Les petits oignons caramélisés sont croustillants en bouches et se complètent bien avec le potiron à la cannelle doux et légèrement sucré.

vendredi 21 décembre 2007

Gâteau de fête au Nutella pour enfants



Cette semaine, ma fille m’a demandé de faire un gâteau pour le goûter de Noël de l’école. Après un petit sondage dans la cour de récréation le matin, le choix s’impose: un gâteau au nutella. Évidemment j’ai tout de suite pensé aux sapins en chocolat que j’ai adoré chez Micky, et ai rajouté quelques sujets en pâte d’amande. Je suis partie d’une recette de gâteau que j’ai modifiée pour inclure le nutella.

Pour le gâteau il vous faudra:
6 oeufs
250 gr de sucre
180 gr de beurre
150 gr de nutella
1 tablette de 100 gr de chocolat au lait
1 sachet de levure
250 gr de farine

pour couvrir le gâteau
100 gr de chocolat de couverture
100 gr de chocolat au lait

pour le sapin en chocolat et les sujets:
un barre de pâte d’amande tricolore
100 gr de chocolat de couverture

Faire fondre à feu doux le beurre, incorporer le chocolat et le nutella. Mélanger pour que la préparation soit homogène.
Battre les oeufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Rajouter le mélange beurre-chocolat, puis la farine et la levure. Verser dans un moule et enfourner au niveau le plus bas à chaleur tournante à 170 pour 45 min.
Sortir le gâteau quand un couteau enfoncé ressort sec. Faire fondre les chocolat pour couvrir le gâteau. Démouler, et décalotter le gâteau pour obtenir un cylindre régulier et Le retourner. Le couvrir avec un spatule et laisser le chocolat durcir à l’air libre.
Pendant ce temps faire fondre le chocolat pour le sapin. Façonner un sapin bonhomme de neige avec la pâte d’amande blanche, le parer d’une écharper et d’un petit chapeau, dessiner les yeux et bouche avec un bâton d’apéritif trempé dans du chocolat fondu. Pour les cadeau faire de boule de tailles identiques ou différentes, puis les aplatir avec un couteau à beurre pour obtenir des cubes.
Pour les sapins: verser des cuillerées de chocolats de tailles différentes bien espacées sur du papier sulfurisé. Étirer avec une point de couteau vers l’extérieur pour former des pointes. Puis repasser avec une pointe de chocolat au centre pour surélever un peu le centre. Et laisser sécher. Rassembler les niveaux en les collant avec du chocolat.
Disposer le sapin, saupoudrer une moitié de gâteau avec du sucre glace en couvrant l’autre partie avec une feuille de papier. Rajouter les cadeaux et le bonhomme de neige. Et voilà. Il n’est pas mignon mon petit bonhomme de neige?

mardi 18 décembre 2007

Gâteau à la pistache et aux griottes au sirop



J’aime beaucoup le gâteau au yaourt pour sa simplicité et sa légèreté d’autant plus que l’on peut laisser libre court à ses envies pour l’aménager. Voici une variation avec des griottes au sirop, de la poudre d’amande et de la pâte de pistache.

Il vous faudra pour cette recette:
un yaourt a la vanille
3 œufs avec les blancs battus en neige
2 pot de sucre blanc
½ pot de beurre fondu
2.5 pots de farine
1 pot de poudre d’amande
½ sachet de levure
120 gr de griottes + quelques une pour la déco
3.5 càs rase de pâte de pistache
1 càs de kirch

On mélange dans un jarre le yaourt, le sucre et les jaunes d’œufs, ensuite on rajoute dans l’ordre le beurre fondu, la farine, la levure, la poudre d’amande, la pâte de pistache et le kirch et puis à la fin les blancs incorporés délicatement.
Verser dans un moule la préparation puis éparpiller les cerises égouttée sur la préparation . Mettre le gâteau au four sur le niveau le plus bas thermostat 170 en chaleur tournante, pour 45 mn environ.
Le gâteau est fondant et léger à la fois. Je l’ai servi saupoudré de sucre glace et décoré de quelques cerises pour rester léger en prévision des fêtes même si l’envie de l’accompagner de chantilly et de cerises au sirop me tentait bien...

samedi 15 décembre 2007

Spaghettis aux coques safranées



pour 4 personnes:

4*80gr de spaghettis
15 cl de crème liquide
2 pincées de pistil de safran
600 gr de coques

Faire bouillir l’eau, et y mettre les spaghettis à cuire. Pendant la cuisson des spaghettis, Dans un récipient mettre à tremper les coques avec un peu de sel, puis les retirer avec les main (ne pas les verser pour que le sable reste au fond) dans un écumoire puis rincer à l’eau courante.
Mettre la crème dans une casserole, rajouter les pistils, sel poivre noir au moulin puis les coques. Couvrir et laisser cuire 5 min. Égoutter les spaghettis, et rajouter les coques avec la crème safrané.

vendredi 14 décembre 2007

Coques au saké et vinaigrette de shiso



Voici un amuse-bouche que j’aime beaucoup préparer à cette saison, délicieux, riche en saveur et très simple à préparer.

Pour 4 personnes, il vous faudra:

400 gr de coques
3 càs de saké
1 càs de de vinaigrette de soja parfumé au shiso (que l’on trouve dans les épiceries japonaises)

Dans un récipient mettre à tremper les coques avec un peu de sel, puis les retirer avec les main (ne pas les verser pour que le sable reste au fond) dans un écumoire puis rincer à l’eau courante. Les mettre dans une casserole à feu moyen, couvrir et laisser cuire 4 min.
Rajouter le saké, puis laisser une min supplémentaire jusqu’à ce que les coques soient ouvertes. Rajouter la vinaigrette puis servir. C’est délicieusement parfumé avec la vinaigrette au shiso et le saké.

lundi 10 décembre 2007

Petite crème de thé à la fleur d’oranger et nuage de litchi



ou Capuccino à la fleur d’oranger et au litchi. Je me suis inspirée de la recette de petites crèmes à la vanille de Sigrid du blog Le chou de Bruxelles pour confectionner de petites crèmes au thé de fleur d’oranger, mon préféré étant celui de Fortum & Mason qu’on peut trouver dans les rayons thé de La grande épicerie à Paris.

Pour 6 petits capuccinos il vous faudra:
½ littre de lait
2.5dl de crème liquide
100gr de sucre blanc
30gr de Maizena
2 càs de miel d’acacia
2 càc bombée de thé à la fleur d’oranger
1 blanc d’oeuf
le sirop d’une boîte de litchis
cannelle

Verser dans une casserole, le lait et la crème liquide en laissant ½ verre de lait de coté pour diluer la Maizena. Rajouter le thé et laisser frémir pour que le thé infuse pendant 5 min. Rajouter le sucre, diluer la Maizena dans le reste du lait verser le tout dans la casserole, rajouter le miel.
Laisser épaissir en remuant a feu doux pendant 15 min, (ou moins) le temps que la crème épaississe (en prélever une càs et la laisser refroidir pour vérifier que la crème a épaissi).
Verser dans un grand bol, couvrir avec un fil alimentaire en contact direct avec la crème pour que la couche superficielle ne durcisse pas. Laisser refroidir.
Au moment de servir, monter le blanc en neige, puis rajouter le sirop et continuer à battre.
Servir les petites crèmes avec un nuage de litchi et saupoudrer avec une pincée de cannelle. C’est absolument succulent, nous avons adoré. Le parfum de la fleur d’oranger rehaussé de miel est déjà en soit fabuleux. Avec ce parfum de rose un peu musquée du litchi et la pointe de cannelle, le tout offre une très belle harmonie de saveurs orientales.

Cette recette participe au jeu Mille et Une escales #3.

Le Luna



Les adresses familiales sont suffisamment rares à Paris pour être notées. Celle-ci est une adresse de quartier que nous fréquentons depuis quelques années maintenant qu’il est intéressant de noter, pour les parisiens et les non parisiens puisque ce restaurant se trouve à 10 min de marche du Champs de Mars et de la Tour Effel.

La décoration est sobre, de petits spots lumineux diffusent une lumière douce. Une terrasse sur rue est emménagée en été. On y trouve des banquettes de couleur terre de Sienne. Il y a des table rondes pouvant accueillir 6 personnes, une grande baie vitrée donnant sur la terrasse. L’ambiance est familiale avec pas mal de tables occupées par des familles avec enfant en bas âge le week-end sans pour autant être bruyante. On y sert une bonne cuisine italienne familiale , appliquée, généreuse et sans prétention. Le menu enfant (10Euros) avec sa boisson, la pizza Margherita ou penne et un dessert: salade de fruit ou glace gentillement accompagné d’un petit parapluie coloré et d’une sucette tant attendue par ma fille à chaque fois.

Nous avons pris le menu a 17 euros avec entrée, plat et ½ eau minérale avec des moules à la romaine très bien assaisonnés, avec un bonne sauce à la tomate, rehaussées de poivrons grillés, puis une escalope de veau accompagnée de champignons et pâtes pour l’un et pizza Calzone pour l’autre. La pâte à pizza est évidement une pâte fraîche faîte sur place, souple, croustillante et légère. Le service est souriant et attentionnés aussi bien avec les adultes qu’avec les enfants. En conclusion pour le quartier, c’est une très bonne adresse familiale à retenir si vous êtes de passage dans le quartier.

Le Luna, 19 rue Desaix 75015.

vendredi 7 décembre 2007

Duo de crèmes de lingots blancs et torsades feuilletées



Pour 6 entrées ou 12 amuse bouches, il vous faudra:

125 gr de lingots blancs
1 échalote
10 cl de crème liquide
20 cl de lait
un bouquet garni ou ¼ de càc de bouquet garni en poudre
½ rouleau de pâte feuilletée
30 gr de fromage blanc de type mère Loic ou Saint Moret
1 petite noisette de concentré de tomate, 1 càs d’huile d’olive
50 gr de gouda tendre
50 gr de fromage de chèvre
½ fenouil
6 feuilles de frisée
paprika et Tabasco

La veille, mettre à tremper 125gr de lingots blancs

Cuisson des lingots:
Mettre dans un casserole, les lingots égouttés, 250cl d’eau, une échalote, le bouquet garni, saler et poivrer. Laisser cuire 1h a couvert (ou 25 min à la cocotte minute).
Rajouter 10cl de crème liquide, 20cl de lait et passer au mixeur avec de la noix de muscade. Goûter et rectifier l’assaisonnement en sel et poivre.
Répartir la préparation sur 2 casseroles. Rajouter le gouda tendre dans l’une et laisser sur feu très doux.

Les Torsades:
Pour les torsades, mélanger dans un bol le fromage blanc, le concentré de tomates, quelques goûtes de Tabasco et une càs d’huile d’olive. Couper des bandes de pâte feuilletée de 1.5 cm, badigeonner une face d’huile d’olive retourner et disposer sur du papier sulfurisé. Étaler la préparation de fromage blanc. Plier en deux dans le sens de la longueur et former des torsades. Couper des tronçons en fonction de la profondeur des coupelles ou vérines et enfourner pendant environ 15 min.

Dressage: Couper des petits dés de fenouil. Disposer dans 2 vérines ou coupelles les 2 préparations de crème de lingot et les torsades feuilletée dans la troisième verrine. Déposer une feuille de frisée sur la crème au gouda. Sur l’autre crème, une petite rondelle de chèvre, un filet d’huile d’olive, une goûte de Tabasco et saupoudrer d’une pincée de paprika. Disposer quelques petits dés de fenouil et servir aussitôt. C’est meilleur quand c’est chaud.

Salade tiède de lingots blancs au chèvre frais et tomates confites



Voici une petite entrée facile à faire, savoureuse, légèrement relevée et idéale pour la saison:

pour 6 personnes, il vous faudra:
125gr de lingots blancs
1 échalote
un bouquet garni ou ¼ de càc de bouquet garni en poudre
un morceau de chèvre
6 tranches de tomates confites
½ fenouil
huile d’olive, jus de citron, paprika et Tabasco
mesclun

La veille, mettre à tremper les lingots blancs.
Mettre dans un casserole, les lingots égouttés, 250cl d’eau, une échalote, le bouquet garni, saler et poivrer. Laisser cuire 1h a couvert (ou 25 min à la cocotte minute).
Disposer dans les assiettes le mesclun, 2/3 càs de lingots blancs, 1 tranche de tomate confite, du fromage de chèvre, ½ tranche de fenouil. Rajouter quelques gouttes de jus de citron, un filet d’huile d’olive, un peu de sel, un tour de moulin de poivre. Puis sur les chèvres, quelques gouttes de Tabasco et une pincée de paprika.

jeudi 6 décembre 2007

Aiguillettes de canard sur lit de navets et couverture de clémentines



Je me suis inspirée de la recette d’ Isabelle pour préparer des aiguillettes de canard aromatisée au sirop d’érable et à la moutarde, accompagnés de petites tranches de navet et de quelques clémentines non traitée. La recette est très simple, rapide et savoureuse:

Pour 2 personnes, il vous faudra:

200gr d'aiguillettes de canard
4 petits navets
2 càs de sirop d’érable, ½ càs de moutarde fine
8 petites tranches de clémentines non traitées
4 clous de girofle

Peler et couper les navets en tranches. Mettre une noix de beurre sur une poêle et mettre a cuire à feu moyen et à couvert les tranches de navets pendant 10 mn. Les retourner à mi cuisson. Découvrir, verser une càs de sirop d’érable et laisser réduire pendant 3 min. Saler et poivrer.
Couper les tranches de clémentines. Mettre un clou de girofle sur quelques tranches de clémentine (la moitié). Mettre les aiguillettes dans un bol avec 1 càs de sirop d’érable, ½ càs de moutarde fine, sel et poivre.
Réserver les navets. Saisir a feu vif les aiguillettes de canard et les tranches de clémentine.
Servir en disposant les tranches de navets, les aiguillettes puis les tranches de clémentines. Dégustez.
En tout et pour tout j’en ai eu pour 15 min de préparation et le résultat est délicieux et léger. Parfait pour un dîner improvisé! Les tranches de clémentine aux clous de girofle parfument agréablement les aiguillettes de canard.

Star-telettes fondantes poire et amande au poivre de Penja

Parmi les tartelettes que j’ai faites jusqu’à aujourd’hui, je dois dire que celle-ci fait figure de Star parce que elle réunit les qualités requises: fondante, délicieuse et facile à préparer. J’ai fait pas mal d’essais avant d’arriver à ces proportions qui me paraissent idéales. La pâte est facile à travailler tout en restant moelleuse et le temps de préparation n'excède pas une ½ heure.

Pour 30 à 36 tartelettes de 5 cm de diamètre:

375gr de beurre
180gr de sucre
2 jaunes d’oeufs et un blanc
500gr de farine
200gr d’amandes en poudre
6 poires conférences
½ cac rase de vanille en poudre.
4 càs rase de miel de chêne et 4 cuillerées à soupe rase de sucre roux.
Poivre de Penja

Travailler avec les doigts le beurre, le sucre et la farine. Rajouter les oeufs, puis la poudre d’amande et la vanille en poudre. Mettre au réfrigérateur la boule de pâte.
Pendant ce temps, peler les poires, couper 4 quartiers, tailler des ronds avec l’emporte pièce, et couper de fine tranches. Mettre dans un bol et mélanger avec les 4 càs rase de miel de chêne et 4 cuillerées à soupe rase de sucre roux.
Sortir la pâte du réfrigérateur, étaler (épaisseur de 2 mm) et découper des cercles avec un emporte pièce (de 5 cm). Disposer les cercles sur du papier sulfurisé, 2 ou 3 tranches de poires, un tour de moulin de poivre de Penja puis enfourner, thermostat 180 à chaleur tournante pendant 20 min.
Pour la décoration, saupoudrer de sucre glace et de sucre roux coloré (je mélange du sucre roux avec une goutte de colorant rouge)

Je fais souvent une demi-recette les dimanches quand j’ai envie d’accompagner un thé l’après-midi sans trop de travail. Le temps de préparation et la cuisson sont rapides 30 min en tout.
Elles se conservent aussi très bien dans un tupéroir plusieurs jours.

J’aime énormément la chaleur et la parfum délicatement musquée du poivre de Penja qui s’associe à merveille avec le parfum des poires et exalte le coté boisé du miel de chêne. Belle harmonie de saveur!

mardi 4 décembre 2007

Le Tiramisu au tiramisu





Oui je sais, il y a plein de déclinaisons du tiramisu sûrement très bonnes d'ailleurs mais moi j’aime bien le tiramisu classique. Malgrès la simplicité de la recette, il y a multo recettes de tiramisu. J’en ai essayé à ce jour pas mal. Celle que je préfère c’est celle d’ Olivier Michel à laquelle j’ai rajouté un peu de Kahlua. Pas trop sucrée, la consistance est crémeuse, ferme et fondante à la fois.
Le plus dur avec le tiramisu quand on l’a fait c’est de le manger sans mauvaise conscience. C’est psychologique. C’est à cause de ce bloc de 250g de mascarpone que l’on y verse. C’est bizarre parce que je peux faire un gâteau au chocolat avec 125 g de chocolat et ensuite 125g de beurre et ça ne me fait pas le même effet. On peut ‘’reseter’’ sa mémoire après 125gr mais visiblement pas après 250gr d'un coup. C’est quand même plus difficile.

Pour 6/8 personnes, il vous faudra:
3 oeufs
75g de sucre glace
250g de mascarpone
1 expresso et 1 càs de Kahlua pour tremper les biscuits
1 paquet de biscuits à la cuillère.
Cacao en poudre

Séparer les jaunes des blancs. Battre les blancs très fermes. Blanchir les jaunes avec le sucre. Rajouter le mascarpone, puis incorporer délicatement les blancs. La recette est super simple, mais il faut bien blanchir les jaunes et montrer les blancs très fermes pour que l’appareil ne soit pas trop liquide mais ferme et coulant à la fois.
Pour les biscuits, je trempe à peine la base des biscuits à la cuillère pour qu’ils ne soient pas trop mous. Ce qui leur leur laisse une bonne texture, pas ramollie, mais tendre et imbibée.
Avant de servir saupoudrer de cacao tamisé.

Mon petit tour de main:
La manière de disposer classique est: une couche de biscuits imbibés, la moitié de l’appareil, puis une autre couche de biscuits imbibés puis le reste de l’appareil. Moi je dispose la première couche, puis tout l’appareil, puis une deuxième couche au dessus que j’enfonce légèrement pour l’effet visuel...et pour sauver un peu de croquant si par miracle il en reste le surlendemain.

lundi 3 décembre 2007

Coquelets fermiers (ou poulet fermier) à la marocaine



Le poulet au citrons confits et olives à la marocaine a été, est et restera un de mes plats marocains favori. Il y a des tas de proportions et de variantes pour le faire. Voici ma version que je trouve bien équilibrée avec le plus important: les petites astuces pour bien le réussir.

Pour 4 personnes, il vous faudra:
2 coquelets fermiers (ou un beau poulet fermier)
150 gr de foies de volaille
2 petits citrons confits ou un gros
des olives cassées violettes (ou a défaut des verte mais c’est bien meilleurs avec les violettes)
3 petits oignons ou 2 gros
3 gousses d’ail
épices et herbes: ½ càc rase de gingembre en poudre, ½ càc rase de poivre noir moulu, 2 pincées de pistil de safran, 1 bouquet de coriandre.

Bien laver les coquelets, Faire chauffer à feu moyen 2 càs d’huile de tournesol et 2 càs d’huile d’olive et saisir les coquelets avec le poivre 5 min et un peu de sel, en les retournant jusqu’à ce qu’elles dorent un peu, puis rajouter l’ail, le gingembre et le safran et faire dorer un peu.
Pendant ce temps, râper avec un rappe à gros trous les oignons jusqu’à la moitié, puis hacher les autres moitiés. Quand le poulet a pris une teinte jaune-dorée, rajouter les oignons dans la poêle (en fonte creuset), puis rajouter 2 grands verres d’eau, les foies de volaille. Hacher très finement la coriandre. Ne pas hésiter à passer le couteau plusieurs fois de sorte à hacher le plus finement possible. (La sauce obtenue doit être presque lisse, confite et onctueuse)

Mettre la coriandre ainsi hachée dans la poêle, couvrir et laisser mijoter pendant environ 1h. Quand les coquelets sont cuits, les retirer, rajouter les citrons confits coupés en 4 ou en 8 suivant la grosseur et les olives, et faire réduire la sauce. Goûter la sauce et rajouter du sel si besoin est (parfois les citrons sont tellement salés que ça n’est pas la peine, il vaut mieux saler pour de bon à la fin)
Mettre quelques pommes de terres en tranches avec un filet d’huile d’olive, poivre et sel au four.

Au moment du service, chauffer le four en position grill, mettre les coquelets à griller au four avec un filet d’huile d’olive et du sel, chauffer pendant ce temps la sauce, écraser dans un bol les foies avec 2 càs de sauce. Servir une aile, une cuisse, et une tranche de blanc. Recouvrir le blanc des fois écrasés, couvrir le tout de la sauce, olives et citrons. Accompagner de quelques tranches de pommes de terres grillées. Inutile de dire que c’est délicieux. Le plat suffit à lui même. Même pas besoin de rajouter un dessert, ou si peut être un très léger: un bol de carottes râpées dans du jus d’orange pressé avec de la cannelle et de la fleur d’oranger.