vendredi 1 février 2008

Barcelone, le plaisir des yeux

Ce qui m’a donné très envie d’aller à Barcelone, c’est que l’on est sensé y trouver un excellent patrimoine architectural ET une excellente cuisine. Et en effet, on y circule toujours le nez au vent devant toutes ces façades colorés ou dans ces grandes avenues bordées d’immeubles aux courbes extravaguentes de Gaudi. Puis de temps en temps une odeur de tapas vient vous effleurer le nez et l’on se retrouve scotché contre une vitre de bar ou restaurant.



Une visite s’impose à la Sagrada Familia (La Sainte Famille), oeuvre grandiose de Gaudi toujours pas finie d’ailleurs (fin des travaux prévus pour 2022!), cathédrale avec des perspectives étonnement modernes et des vitraux d’où s’infiltrent des sillons de lumière colorés presque magiques. Gaudi y consacra les 40 dernières années de sa vie.







On peut prendre l'ascenseur et monter le long d’une tour, mais ce n’est pas le passage que j’ai préféré, étant assez vite prise de vertige. Ceci étant, ça vaut le coup de s’y aventurer pour admirer de près les décorations ornementales de l’une des tours que l’on devine à peine au sol. Disons qu’une fois la haut, il ne faut pas chercher à deviner les décorations ornementales du bas!



Le Parc Güell avec la maison de Gaudi, maison où il vécu presque 20 ans est un endroit majestueux et étonnant. En retrait de la ville, niché sur une petite colline, ce jardin très surprenant par ces enfilades de colonnes vous enchantera les sens avec ses essences de mimosas et de pins parasols. On y trouve , cohabitant harmonieusement, des structures de pierres, de la céramique et une végétation très dense. Pour rajouter au charme de l’endroit, un guitariste exécutait des grands classiques de musique espagnole au milieux de voûtes et colonnes, airs qui résonnaient jusque dans les allées du jardin.






Admirez le bleu du ciel...



Il y a aussi le Musée Picasso et la collection particulière de Picasso, dont l'architecture du lieu aux grandes voûtes médiévales, vaut à lui seul le détour. Par contre la majorité des oeuvres viennent du Musée Picasso de Paris, donc pour les parisiens qui connaissent déja bien le musée Picasso de Paris, ce n’est qu’un sous ensemble. Je peux paraître blasée mais bon comme il y a pas mal de choses à voir, si les jours vous sont comptés, les habitués du Musée Picasso du Marais peuvent faire une impasse. Ceci étant il y a une belle description de sa période pré parisienne quand il était en Espagne avec des portraits de familles et des peintures de paysages des régions où il a vécu. Ces peintures très classiques montrent à quel point ce génie a exploré bien des sentiers battus avant de se consacrer au cubisme.

A ne pas rater aussi la fondation Juan Miro , qui rappelle la fondation Maeght de Saint Paul de Vence grâce à ses grands espaces et ses grands murs blancs couverts de toiles gigantesques de Fernand Leger, Braque, Juan Miro, quelques Picasso aussi et des scultures de Giacometti. Nous sommes arrivés malheureusement trop tard pour pouvoir voir toute la collection (le dimanche le musée est ouvert jusqu’à 14h30), et il faut bien y consacrer 2 bonnes heures.

1 commentaire:

Loiseau Bleu a dit…

Bonjour, je vous quitte curieuse et affamée. Et...
coufoudrée par le merveilleux bleu de ciel. Me voilà jaunuage.

Les photos sont belles, -je ne nommerai pas la mandarinette- à m'en lécher les doigts et les lèvres.
Les musiques excellentes.
Vous avez dit... plaisir ? Parfait
Au revoir, à regret.